Skip to main content
Relations économiques

Relations économiques

Mis à jour le 5 février 2015
Retrouvez les dernières publications
du SER des Etats-Unis sur le blog
frenchtreasuryintheus.org.

Les investissements croisés

Les Etats-Unis sont la première destination des investissements directs à l’étranger (IDE) français devant la Belgique, accueillant 18% du stock total français à l’étranger en 2014 (dernières données disponibles à ce jour) – soit une augmentation de près d’un quart par rapport à 2013 selon la Banque de France.

L’année 2014 est ainsi marquée par un renforcement de leur position (13,7 Mds EUR de flux), notamment dans l’industrie manufacturière (4,2 Mds EUR de flux en 2014) et les activités financières et d’assurance (4,3 Mds EUR) – secteurs qui avaient été parmi les plus touchés par la baisse des investissements en 2012 et 2013.

La hausse des IDE français aux Etats-Unis en 2014 reflète à la fois une avancée des opérations en capital social (flux de 767 M EUR en 2014 contre -7 Mds EUR en 2013), et dans une moindre mesure une augmentation des bénéfices réinvestis des filiales d’entreprises françaises aux Etats-Unis (flux de 1,8 Md EUR en 2014).

La dernière enquête, portant sur l’année 2011, menée par l’Insee sur la présence des entreprises françaises à l’étranger chiffre à plus de 3 600 le nombre de filiales d’entreprises françaises présentes aux Etats-Unis, employant plus de 560 000 personnes. Le chiffre d’affaires des filiales françaises aux Etats-Unis représente plus de 7 fois le montant des exportations françaises.

Selon Business France, les États-Unis conservent par ailleurs leur première place parmi les pays d’origine de l’investissement en France, avec une progression du nombre de décisions d’investissement prises par des sociétés américaines : 186 décisions d’investissement en 2014 (130 à périmètre constant contre 122 en 2013), en particulier en Ile de France, qui accueille 44% des IDE américains. Les Etats-Unis sont à l’origine de 19% de l’ensemble des investissements étrangers en France, et réalisent 24% des opérations de fusions-acquisitions, de loin les principaux investisseurs en la matière. Les entreprises américaines se distinguent par leur implication dans la recherche et développement : elles sont à l’origine de plus d’un quart des investissements réalisés dans les centres de R&D et de 28 % de l’emploi associé, avec 23 projets d’investissements. Par ailleurs, les projets d’investissement américains se concentrent dans le secteur des logiciels et prestations informatiques (24% des IDE américains totaux), et sont à l’origine de 39 % des investissements dans ce domaine.

Avec plus de 4600 entreprises américaines présentes en France, employant plus de 440 000 salariés, les Etats-Unis sont le premier employeur étranger en France devant l’Allemagne. En 2014, les 186 investissements ont permis la création ou le maintien de 5384 emplois.

Les échanges commerciaux bilatéraux

En 2015, les échanges commerciaux franco-américains atteignent 67,5 Mds EUR, soit une croissance de 14,7 % par rapport à 2014. Le déficit commercial de la France vis-à-vis des Etats-Unis se réduit presque de moitié, à 2,3 Mds d’euros en 2015, son plus bas niveau depuis 2008.

L’amélioration de notre balance commerciale est imputable à la hausse de nos exportations (+19,2 %, à 32,6 Mds EUR) qui compense la croissance de nos importations (+10,8 %, à 34,9 Mds EUR). La France améliore légèrement sa part de marché aux Etats-Unis (2,1 %). Comme les années précédentes, les matériels de transports (30 %, y compris aéronautique), les biens d’équipement (19 %) et les produits chimiques (10 %), agroalimentaires (11 %) et pharmaceutiques (8 %) composent l’essentiel des exportations françaises vers les Etats-Unis.

En miroir de la structure des exportations, les postes matériels de transport (30,7 %), biens d’équipement (19,8 %), produits pharmaceutiques (14,4 %) et produits chimiques (8,6 %) représentent plus des deux tiers du total des importations françaises de biens américains. Leur progression en 2015 s’explique en premier lieu par la forte hausse de nos achats de matériel de transport (+31,1 %), principalement d’avions, et de produits pharmaceutiques (19 %).

Les Etats-Unis deviennent ainsi le 2e client et le 5e fournisseur de la France (6e client et 5e fournisseur en 2014 et 2013), représentant 7,1 % du total de nos échanges.

Vu des Etats-Unis, et des statistiques américaines (US Census Bureau), la France est le troisième partenaire commercial européen, derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni.

      haut de la page