Skip to main content
Iran

Iran

Publié le 15 juin 2010
Déclaration de la Haute Représentante, Catherine Ashton, au nom de l’Union Européenne
Bruxelles, 14 juin 2010

Depuis l’élection présidentielle de juin 2009, la situation des droits de l’Homme en Iran s’est gravement détériorée. Au cours de l’année écoulée, de nombreux Iraniens ont été victimes de violence et de répression de la part des autorités iraniennes et ont été incarcérés. Nous constatons qu’un climat de peur continue de régner en Iran du fait des mesures incessantes d’intimidation à l’encontre de journalistes, de défenseurs des droits de l’Homme, d’étudiants et de quiconque qui tente de prendre la parole pour défendre ses droits légitimes.

L’Union européenne demande à l’Iran de respecter la liberté d’expression, en particulier en permettant à ses citoyens de communiquer et de recevoir librement des informations par le biais de la télévision, de la radiodiffusion par satellite et de l’internet. Nous sommes préoccupés par les graves allégations faisant état de mauvais traitements et de tortures à l’encontre de personnes détenues et incarcérées et d’aveux obtenus par la force. Nous invitons l’Iran à respecter le droit à un procès équitable inscrit dans l’article 14 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. La discrimination dont font l’objet les minorités ethniques et religieuses ainsi que les femmes sont d’autres sujets de préoccupation. L’Union européenne suivra de près le procès des responsables baha’is à cet égard.

L’Union européenne condamne vivement le recours croissant que fait l’Iran à la peine de mort comme moyen d’intimidation de l’opposition politique ainsi que dans des cas où il est interdit d’y recourir en vertu du droit international.

Nous saisissons cette occasion pour rassurer le peuple iranien et lui dire que nous ne l’oublions pas : l’Union européenne continuera de faire entendre sa voix et d’inviter les autorités iraniennes à respecter les droits de leurs citoyens conformément aux obligations internationales auxquelles elles ont souscrit au titre du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et d’autres traités relatifs aux droits de l’Homme./.

      haut de la page