Skip to main content
Mort de Raymond Aubrac, figure de la résistance française

Mort de Raymond Aubrac, figure de la résistance française

Publié le 18 avril 2012
Une cérémonie d’hommage s’est tenue lundi 16 avril à l’Hôtel national des Invalides.

Raymond Aubrac, figure de la résistance française lors de la Seconde Guerre mondiale et fervent défenseur des causes humanistes tout au long de sa vie, est mort à Paris, mardi 10 avril 2012, à l’âge de 97 ans.

La vie de Raymond Aubrac est digne d’un roman. De son vrai nom Raymond Samuel, Aubrac est né le 31 juillet 1914 à Vesoul. Il intègre à vingt ans à l’Ecole nationale nationale des ponts et chaussées, où il obtiendra son diplôme d’ingénieur civil. En 1937, il part étudier aux Etats-Unis, titulaire d’une bourse d’études à Harvard et au Massachusetts Institute of Technology.

Cérémonie d’hommage à l’Hôtel national des Invalides.
(photo elysee.fr / L. Blevennec & C. Alix)

La guerre éclate alors qu’il fait son service militaire sur la Ligne Maginot. C’est à cette période, à Strasbourg, qu’il rencontre celle qui deviendra sa femme, Lucie Bernard. Le couple n’aura dès lors de cesse de s’engager au sein des mouvements de résistance dans la zone sud de la France, dirigée par le gouvernement de Vichy.

Raymond Aubrac participe aux côtés de sa femme à la fondation du mouvement "Libération Sud" et devient membre de l’état major de "l’armée secrète". Plusieurs fois emprisonné par les Allemands, Raymond Aubrac parvient chaque fois à s’enfuir lors d’évasions organisées par sa femme.

A la Libération, Raymond Aubrac est nommé commissaire régional de la République à Marseille par le Général de Gaulle. Il continuera toute sa vie à servir les valeurs de la France libre.

Cérémonie d’hommage à l’Hôtel national des Invalides.
(photo elysee.fr / L. Blevennec & C. Alix)

En 2004, il signe avec sa femme Lucie un appel de résistants à la commémoration du 60ème anniversaire du Programme du Conseil national de la Résistance. Ce texte invite « les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle. »

Une cérémonie d’hommage à Raymond Aubrac s’est tenue lundi 16 avril à l’Hôtel national des Invalides, en présence du Président de la République et du ministre de la Défense et des Anciens Combattants

      haut de la page