Skip to main content
La France salue la découverte d'une nouvelle particule élémentaire

La France salue la découverte d’une nouvelle particule élémentaire

Publié le 5 juillet 2012

La France salue la découverte historique, annoncée de manière quasi-certaine mercredi 4 juillet par l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN), d’une nouvelle particule élémentaire de matière, le boson de Higgs.

Cet élément subatomique, surnommé la « particule de Dieu », constitue la pièce manquante du modèle standard de la physique, sur lequel la communauté scientifique se base pour décrire la manière dont la matière et l’univers fonctionnent. Dans ce modèle, le boson de Higgs permet d’expliquer la masse de la matière. Cette particule constitue également une clé vers de nouvelles découvertes majeures dans la connaissance de l’univers. Elle faisait l’objet d’une quête depuis 1964, année de sa théorisation par le physicien Peter Higgs et ses collègues Englert et Brout.

Le Grand collisionneur de hadrons (LHC), gigantesque instrument scientifique situé près de Genève, à cheval sur la frontière franco-suisse, à environ 100 mètres sous terre - photo CERN

Le boson de Higgs a été découvert dans le cadre d’expériences menées dans l’accélérateur de particule LHC (Large Hadron Collider), un anneau de 27 km enterré à la frontière entre la France et la Suisse. La France a financé 16,5% du LHC.

Environ 400 physiciens, ingénieurs et techniciens français ont participé à cette grande aventure à travers les laboratoires du CNRS/IN2P3 (Annecy, Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Orsay, Palaiseau, Paris, et Strasbourg) et du CEA/Irfu (Saclay). Les équipes françaises ont joué un rôle important dans la construction et l’exploitation des deux principaux détecteurs du LHC, ATLAS et CMS, qui ont permis cette découverte. Ces deux détecteurs sont capables d’analyser jusqu’à 600 millions de collisions par seconde entre des protons lancés à la vitesse de la lumière (300 000 km/s) dans l’anneau du LHC.

La France félicite les chercheurs impliqués dans cette « étape majeure de notre connaissance de la nature », pour reprendre les termes de Rolf Heuer, directeur général du CERN. Elle encourage les développements futurs des expériences menées par le CERN pour mieux comprendre la structure fondamentale de la matière.

Lire le communiqué du CERN.

      haut de la page