Skip to main content

Echanges commerciaux

Publié le 14 novembre 2007
Le traité de 1778 devait développer « I’amitié et le commerce » entre la France et l’Amérique. Double mission aujourd’hui accomplie, sans que l’on sache toujours très bien ce qui, du sentiment ou des affaires, a le plus contribué au rapprochement des deux peuples... C’est sous le nom de « vin français de coca » que le futur symbole de l’« American way of life » fait ses débuts en1885 à Atlanta (Géorgie) dans la pharmacie du Dr Joseph Jacob, au carrefour de Marietta et de Peachtree. Rebaptisé Coca-Cola par son ingénieux inventeur, John S. Pemberton, soucieux sans doute de le distinguer de son principal concurrent, le vin Mariani, ce "reconstituant idéal pour les nerfs", souverain contre les maux de tête, I’asthénie et autres troubles nerveux, ’ dont il ne se vend alors que, quelques verres par jour, ne va pas tarder à conquérir la planète. En juin 1944, quand les G.I.’s débarquent, plus de 5 milliards de bouteilles de cette "essence d’amerrissante" ont été consommées par les troupes depuis l’entrée en guerre des Etats-Unis. Et les dizaines d’usines créées dans le monde entier tournent à plein régime, d’autant qu’à la demande des soldats s’ajoute celle des populations des pays reconquis, pour qui la liberté a désormais le goût du chewing-gum et du Coca-Cola.
      haut de la page